La SALAMANDRE et l’HIRONDELLE

Vous pouvez échapper en quelques pas au brouhaha de la foule et de la circulation de la place Saint-Michel en prenant la discrète rue de l’Hirondelle… dans laquelle vous serez surpris de trouver une salamandre.

salamandre-st-michel
Bas-relief représentant la salamandre de François Ier, 20-22 rue de l’Hirondelle
(© Histoire Parisienne)

On retrouve cette voie dès le XIIIe siècle sous le nom de rue “d’Arrondale en Laas” – provenant vraisemblablement d’une enseigne d’hirondelle – puis évoluant en même temps que le langage jusqu’à la rue de l’Hirondelle actuelle. Elle a cependant perdu de sa longueur lors de l’aménagement de la place durant l’haussmannisation.

En l’empruntant, si vous faites attention aux vieux bâtiments autour de vous, vous pourrez voir au-dessus de la porte du no 20-22 un singulier bas-relief : représentant une salamandre, il s’agit ni plus ni moins de l’emblème de François Ier, qui avait acheté et fait rénover un hôtel déjà présent pour en faire le feu hôtel de la Salamandre, offert à sa maîtresse la duchesse d’Étampes.

salamandre-azay-le-rideau
Bas-relief de la salamandre de François Ier au château d’Azay-le-Rideau (source Wikimedia Commons)

La salamandre est un symbole fort puisque les flammes sans lesquelles elle ne peut vivre représentent généralement la foi religieuse ; ainsi la devise du roi accompagnant cet emblème était : « Nutrisco et extinguo » (« Je me nourris du bon feu et j’éteins le mauvais »).

D’ailleurs, le roi l’a fait exécuter de nombreuses fois dans les décors de ses résidences, notamment au château d’Azay-le-Rideau où elle apparaît fièrement avec sa devise ; on la retrouve également sur le blason du Havre, ville qu’il a fondée en 1517.

Blason de la ville du Havre
(source Wikimedia Commons)

Mais François Ier n’a pas lui-même trouvé et popularisé ce symbole, en effet cet animal légendaire était déjà très présent dans les folklores du Moyen-Âge remplis d’alchimie, de bestiaires et de diverses superstitions qui côtoyaient la religion.


Merci d’avoir lu cet article en entier ; n’hésitez pas à vous exprimer dans l’espace commentaires pour me dire ce que vous en avez pensé.

S’il vous a plu, je vous invite à le partager avec vos amis, à suivre le blog sur les réseaux sociaux et à activer l’alerte mail pour être averti des nouveaux contenus (boutons ci-dessous et dans le menu à gauche) !
🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *